Direction

Santiago-Hidalgo-pic-2-1

Santiago Hidalgo

Directeur

San­ti­a­go Hidal­go est le directeur du Lab­o­ra­toire CinéMé­dias et codi­recteur de la col­lec­tion Cin­e­ma and Tech­nol­o­gy à Ams­ter­dam Uni­ver­si­ty Press. Il a égale­ment codirigé The Black­well Com­pan­ion to Ear­ly Cin­e­ma (Wiley, 2011) et dirigé l’ouvrage Tech­nol­o­gy and Film Schol­ar­ship: Expe­ri­ence, Study, The­o­ry (Ams­ter­dam Uni­ver­si­ty Press, 2018). De plus, il codirige avec Bernard Per­ron le prochain numéro de la revue Ciné­mas inti­t­ulé « Le mon­tage à tra­vers le prisme des muta­tions » (à paraître à l’automne 2019). Ses recherch­es actuelles por­tent sur l’expérience ciné­matographique et sur la notion de « film con­scious­ness ». Sa thèse de doc­tor­at, qu’il a écrite sous la direc­tion d’André Gau­dreault à l’Université de Mon­tréal et déposée en 2016, s’intitule The Pos­si­bil­i­ties of ‘Film Con­scious­ness’ : A for­mu­la­tion in Search of a The­o­ry. Il pré­pare d’ailleurs un ouvrage sur la ques­tion (à paraître en 2020, Ams­ter­dam Uni­ver­si­ty Press). San­ti­a­go Hidal­go s’intéresse égale­ment à la récep­tion des films chez les enfants, thème sur lequel il s’est notam­ment penché lors de l’organisation du pan­el de l’Association cana­di­enne des études ciné­matographiques (Toron­to, 2017) inti­t­ulé « From Pri­ma­ry Schools to Uni­ver­si­ty : The Study of Film Recep­tion in Edu­ca­tion­al Envi­ron­ments ». Au lab­o­ra­toire CinéMé­dias, c’est à tra­vers le PREC (Pro­gramme de recherche sur l’expérience ciné­matographique) qu’il pour­suit ses recherch­es sur la récep­tion et la con­science ciné­matographique. San­ti­a­go Hidal­go est actuelle­ment mem­bre du comité sci­en­tifique de TECHNÈS.

Gaudreault1 copie

André Gaudreault

Fondateur

His­to­rien recon­nu du ciné­ma des pre­miers temps et pio­nnier de la nar­ra­tolo­gie filmique, André Gau­dreault s’intéresse tout par­ti­c­ulière­ment, dans le cadre de ses recherch­es actuelles, à l’avènement du mon­tage, au phénomène de la retrans­mis­sion d’opéras en salles de ciné­ma, aux inno­va­tions tech­nologiques envis­agées dans une per­spec­tive « archéologique » et à l’impact du numérique sur l’univers médi­a­tique. Il est l’un des cinq fon­da­teurs de l’Association inter­na­tionale pour le développe­ment de la recherche sur le ciné­ma des pre­miers temps (Domi­tor), qu’il a dirigée, à titre de pre­mier prési­dent élu, de 1985 à 1994. Il a fondé en 1992, et dirige depuis lors, le Groupe de recherche sur l’avènement et la for­ma­tion des insti­tu­tions ciné­matographique et scénique (GRAFICS); il a aus­si assumé, de 1997 à 2005, la direc­tion d’une autre infra­struc­ture inter­dis­ci­plinaire et interuni­ver­si­taire de recherche basée à l’Université de Mon­tréal, le Cen­tre de recherche sur l’intermédialité (CRI), dont il est l’un des qua­tre fon­da­teurs. Il a créé en 2010, à l’Université de Mon­tréal, avec le réal­isa­teur et pro­duc­teur Denis Héroux, l’Observatoire du ciné­ma au Québec (OCQ), un car­refour uni­ver­si­taire unique en son genre qui vise à encour­ager les échanges entre prati­ciens et théoriciens du ciné­ma. Il est égale­ment l’un des fon­da­teurs et le directeur du Parte­nar­i­at inter­na­tion­al de recherche sur les tech­niques et tech­nolo­gies du ciné­ma (TECHNÈS), qui réu­nit depuis 2012 dix-huit parte­naires et quar­ante-cinq chercheurs de dif­férents pays qui se sont don­né pour objec­tif de réin­té­gr­er la dimen­sion tech­nique dans la réflex­ion sci­en­tifique sur le ciné­ma, afin de mieux com­pren­dre les muta­tions tech­nologiques et leurs inter­ac­tions avec la théorie, l’esthétique et la pra­tique du ciné­ma. En 2016, il a fondé le Lab­o­ra­toire CinéMé­dias, une infra­struc­ture rat­tachée à la Chaire de recherche du Cana­da en études ciné­matographiques et médi­a­tiques qui englobe, out­re TECHNÈS, le GRAFICS et l’OCQ, le Pro­gramme de recherche sur l’archéologie et la généalo­gie du montage/edit­ing (PRAGM/e).

Coordination

remybesson

Rémy Besson

Coordonnateur scientifique de TECHNÈS

Pro­fes­sion­nel de recherche et coor­don­na­teur sci­en­tifique dans le cadre du parte­nar­i­at inter­na­tion­al de recherche TECHNÈS, Rémy Besson a soutenu un doc­tor­at à l’EHESS (Paris), por­tant sur la mise en réc­it du film Shoah de Claude Lanz­mann (C. Delage dir.). Il a été sta­giaire post­doc­tor­al du Cen­tre de Recherch­es Inter­mé­di­ales sur les arts, let­tres et tech­niques (CRI­alt, Mon­tréal, 2012–14) où il a assuré la coor­di­na­tion sci­en­tifique du pro­jet inter­na­tion­al Archiv­er à l’époque du numérique, puis au LLA-CREATIS (Toulouse II, 2014–15) où il a pour­suivi ses travaux sur l’intermédialité. Spé­cial­iste recon­nu des rap­ports entre his­toire, sci­ences humaines, cul­ture numérique et ciné­ma, il est égale­ment chargé de cours. La liste de ses pub­li­ca­tions est acces­si­ble en ligne : http://remybesson.blogspot.ca/

thomascarrierlafleur

Thomas Carrier-Lafleur

Coordonnateur de la recherche

Chercheur post­doc­tor­al et chargé de cours à l’Université de Mon­tréal, Thomas Car­ri­er-Lafleur est coor­don­na­teur de la recherche au Lab­o­ra­toire CinéMé­dias. En 2019, il a pub­lié l’essai Il s’est écarté. Enquête sur la mort de François Par­adis (Nota bene ; avec David Bélanger) et codirigé l’ouvrage col­lec­tif Impres­sion, pro­jec­tion : une his­toire médi­a­tique entre ciné­ma et jour­nal­isme (Press­es de l’Université Laval ; avec Richard Bégin et Mélodie Simard-Houde). Il est aus­si l’auteur de L’œil ciné­matographique de Proust (Clas­siques Gar­nier, 2016) et de Une philoso­phie du « temps à l’état pur » : l’autofiction chez Proust et Jutra (Vrin/Presses de l’Université Laval, 2010). Dans une per­spec­tive inter­mé­di­ale, ses recherch­es por­tent sur la lit­téra­ture française et québé­coise ain­si que sur le ciné­ma québécois.

Bibliographie (sélection)
Mono­gra­phies

Il s’est écarté. Enquête sur la mort de François Par­adis, Mon­tréal, Nota bene, coll. « Grise », 2019, 224 p. Avec David Bélanger.

L’œil ciné­matographique de Proust, Paris, Clas­siques Gar­nier, coll. « Bib­lio­thèque prousti­enne », 2016, 713 p.

Une philoso­phie du « temps à l’état pur ». L’autofiction chez Proust et Jutra, Paris/Québec, Librairie philosophique J. Vrin/Les Press­es de l’Université Laval, coll. « Zêtê­sis : Esthé­tiques », 2010, 215 p.

Ouvrage col­lec­tif

Impres­sion, pro­jec­tion. Une his­toire médi­a­tique entre ciné­ma et jour­nal­isme, Québec, Press­es de l’Université Laval, coll. « Lit­téra­ture et imag­i­naire con­tem­po­rain ». Avec Richard Bégin et Mélodie Simard-Houde (dir.), 2019, 306 p.

Dossiers de revues sci­en­tifiques

« L’in­ven­tion lit­téraire des médias », Sens pub­lic, hiv­er 2018. Avec André Gau­dreault, Ser­vanne Mon­jour et Mar­cel­lo Vitali-Rosati.

« Ciné­ma, roman, espace », Nou­velles Vues. Revue sur les pra­tiques et les théories du ciné­ma au Québec, no 18, automne 2017.

sans-photo

Annick Côté

Agente de gestion financière

À venir

joellehmann

Joël Lehmann

Coordonnateur technique et directeur adjoint de l’OCQ

Joël agit au sein de l’équipe du Lab­o­ra­toire CinéMé­dias à titre de directeur tech­nique respon­s­able de la pro­duc­tion audio­vi­suelle, agent de développe­ment de pro­jets et respon­s­able du per­son­nel. Il est égale­ment directeur adjoint de l’Observatoire du ciné­ma au Québec. Diplômé en ciné­ma de l’UQAM et de l’Université de Mon­tréal, c’est sous la direc­tion d’André Gau­dreault qu’il a rédigé un mémoire de maîtrise por­tant sur l’autoréflexivité de l’énonciation filmique. L’art de racon­ter est pour lui une pas­sion qui se réaf­firme quo­ti­di­en­nement à tra­vers ses pro­jets de scé­nar­i­sa­tion, de réal­i­sa­tion, de mon­tage et de recherche.

sans-photo

Marnie Mariscalchi

Responsable des publications

Marnie Mariscalchi est respon­s­able des pub­li­ca­tions du Lab­o­ra­toire CinéMé­dias. Elle est égale­ment éditrice de la revue d’études ciné­matographiques Ciné­mas, dont elle a rejoint l’équipe en 2007. Elle a col­laboré à plusieurs pro­jets de recherche, prin­ci­pale­ment dans le cadre des travaux du GRAFICS, à titre d’auxiliaire de recherche, d’assistante édi­to­ri­ale et d’adjointe à la coor­di­na­tion. Elle a étudié le ciné­ma et l’histoire de l’art à l’U­ni­ver­sité de Montréal.

sans-photo

Sylvie Trudelle

Agente de coordination aux activités scientifiques

Déten­trice d’une maitrise en danse (UQAM) et d’un doc­tor­at en études et pra­tiques des arts (UQAM), Sylvie Trudelle a coor­don­né et col­laboré à maints pro­jets de recherche en arts visuels et médi­a­tiques, en danse, en musique et en théâtre. Elle a rejoint l’équipe du Lab­o­ra­toire CinéMé­dias à titre de coor­don­na­trice des activ­ités sci­en­tifiques en jan­vi­er 2020.

Soutien technique et production audiovisuelle

annexiulancote

Anne Xiulan Côté

Auxiliaire à la production audiovisuelle

Anne Xiu­lan Côté a com­mencé ses études en ciné­ma au Cégep Sainte-Foy à Québec. Elle ter­mine cette année son bac­calau­réat en pra­tique ciné­matographique à l’Université de Mon­tréal. Ses champs d’intérêt sont le mon­tage et la photographie.

lucashornung

Lucas Hornung

Auxiliaire au soutien informatique

Lucas Hor­nung est étu­di­ant à la maitrise en infor­ma­tique au Départe­ment d’informatique et de recherche opéra­tionnelle (Uni­ver­sité de Mon­tréal) et pos­sède un bac­calau­réat en infor­ma­tique de l’Université de Mon­tréal. Au sein du lab­o­ra­toire CinéMé­dias, Lucas Hor­nung s’occupe du bon fonc­tion­nement des équipements infor­ma­tiques du lab­o­ra­toire (serveurs, ordi­na­teurs) en plus d’épauler les divers­es équipes du lab­o­ra­toire dans leurs divers pro­jets deman­dant des com­pé­tences en Infor­ma­tique (sites web, bases de données).

annelevesque

Anne Lévesque

Webmestre

Anne Lévesque est étu­di­ante à la maîtrise en études ciné­matographiques à l’Université de Mon­tréal depuis l’automne 2019. Intéressée prin­ci­pale­ment par la per­spec­tive sociopoli­tique de l’image et des médias, son mémoire portera sur le témoignage vidéo sur les médias soci­aux. Au sein du Lab­o­ra­toire CinéMé­dias, elle s’occupe prin­ci­pale­ment de la con­cep­tion et de la mise à jour des dif­férents sites web reliés aux dif­férents pro­jets et parte­nar­i­ats de recherche.

thomasrapenne

Thomas Rapenne

Auxiliaire à la production audiovisuelle

Thomas Rapenne est étu­di­ant en maîtrise d’é­tudes ciné­matographiques à l’Université de Mon­tréal depuis sep­tem­bre 2018 sous la direc­tion d’André Gau­dreault. Ses recherch­es et ses créa­tions se con­cen­trent sur les images d’interfaces graphiques (prin­ci­pale­ment d’or­di­na­teur et de smart­phone) au ciné­ma. Il tra­vaille comme chargé de post-pro­duc­tion auprès du parte­nar­i­at TECHNÈS et détient un bac­calau­réat en Arts du spec­ta­cle par­cours Images obtenu à l’Université Lyon 2 (France).

Professionnel-le‑s de recherche

pierrechemartin

Pierre Chemartin

Pierre Chemartin est chercheur, cri­tique ciné­matographique et chargé de cours en études ciné­matographiques. Ses activ­ités se con­cen­trent sur la bande dess­inée et le ciné­ma d’animation.

sans-photo

Alex Delagrave

Chargé de projet, collections numériques

Diplômé en études ciné­matographiques (Uni­ver­sité Con­cor­dia) et en sci­ences de l’information (Uni­ver­sité de Mon­tréal), Alex Dela­grave a ori­en­té son par­cours vers l’archivistique audio­vi­suelle, avec un intérêt mar­qué pour les enjeux de dif­fu­sion. Au lab­o­ra­toire, il est impliqué dans les pro­jets de recherche ou de val­ori­sa­tion faisant appel à ses champs d’ex­per­tise : ges­tion de col­lec­tions numériques, con­cep­tion de struc­tures de méta­don­nées, traite­ment et analyse doc­u­men­taires, et édi­tion numérique. Il par­ticipe notam­ment à la créa­tion de l’en­cy­clopédie numérique TECHNÈS, tra­vaille sur un pro­jet d’annotation vidéo d’entretiens filmés et con­tribue à l’or­gan­i­sa­tion de col­lo­ques virtuels. Il agit égale­ment comme pro­gram­ma­teur, pro­jec­tion­niste et ani­ma­teur d’ateliers de créa­tion auprès de plusieurs organ­ismes et col­lec­tifs liés au cinéma.

Huerne

Timothée Huerne

Tim­o­th­ée Huerne a ter­miné un mémoire à l’Université de Mon­tréal en 2017 sous la direc­tion d’André Gau­dreault sur le développe­ment des pro­jec­tions dites hors-films dans les salles de ciné­ma. Il s’intéresse aujourd’hui par­ti­c­ulière­ment à l’hybridation des salles et des spec­ta­cles qu’elles accueil­lent. Il a d’abord été aux­il­i­aire de recherche pour le GRAFICS de 2014 à 2018 avant de devenir coor­di­na­teur de présen­ta­tion au lab­o­ra­toire CinéMédias.

louispelletier

Louis Pelletier

Tit­u­laire d’un doc­tor­at en com­mu­ni­ca­tion de l’Université Con­cor­dia, Louis Pel­leti­er est pro­fes­sion­nel de recherche et chargé de cours à l’U­ni­ver­sité de Mon­tréal, où il a par ailleurs com­plété un pro­jet de recherche post­doc­tor­al financé par le Con­seil de recherch­es en sci­ences humaines du Cana­da sur les pre­mières expéri­ences de pro­duc­tion de films de fic­tion au Québec. Il est égale­ment chercheur en rési­dence à la Ciné­math­èque québé­coise, coor­don­na­teur sci­en­tifique du Cana­di­an Edu­ca­tion­al, Spon­sored and Indus­tri­al Film Project de l’Université Con­cor­dia et codi­recteur de Nou­velles vues. Il a pub­lié sur le ciné­ma muet, le ciné­ma indus­triel, le ciné­ma ama­teur, l’exploitation ciné­matographique, l’his­toire tech­nique du ciné­ma et le ciné­ma d’avant-garde dans Film His­to­ry, 1895, The Mov­ing Image, The Jour­nal of Film Preser­va­tion, la Revue cana­di­enne d’é­tudes ciné­matographiques et Found Footage. Il com­plète présen­te­ment le man­u­scrit d’un ouvrage por­tant sur la dis­tri­b­u­tion et l’ex­ploita­tion ciné­matographique à Mon­tréal entre les années 1912 et 1952.

Postdoctorant-e‑s

carolinemartin

Caroline Martin

Chercheuse postdoctorale

Chercheuse post­doc­tor­ale (FRQSC, 2020–2022) au Lab­o­ra­toire CinéMé­dias, Car­o­line Mar­tin est chargée de cours en lit­téra­ture et ciné­ma depuis plus de 15 ans. Elle est diplômée Maître ès arts en études lit­téraires (UQÀM) et Philosophiæ Doc­tor en édu­ca­tion artis­tique (Uni­ver­sité Con­cor­dia). En 2018, elle a été élue par les étu­di­ants comme l’une des cinq enseignantes les plus inspi­rantes de l’Université de Mon­tréal. Ses intérêts de recherche inclu­ent l’éducation ciné­matographique et médi­a­tique, la récep­tion chez les jeunes publics et l’audiodescription. En col­lab­o­ra­tion avec l’ŒIL ciné­ma (Out­il pour l’É­d­u­ca­tion à l’Im­age et au Lan­gage CINÉ­MAtographiques), elle mène une recherche à l’échelle provin­ciale auprès des enseignantes et enseignants du sec­ondaire inté­grant le ciné­ma dans leur cur­sus. Elle est actuelle­ment représen­tante des chargées et chargés de cours du départe­ment d’histoire de l’art et d’études ciné­matographiques (Uni­ver­sité de Mon­tréal) et fait par­tie du comité con­sul­tatif de la série de cours en Médias inclusifs de la Chang School of Con­tin­u­ing Edu­ca­tion (Ryer­son University).

claudiapolledri

Claudia Polledri

Chercheuse postdoctorale

Post­doc­tor­ante et chargée de cours au Départe­ment d’histoire de l’art et d’études ciné­matographiques (UdeM), Clau­dia Polledri est tit­u­laire d’un doc­tor­at en lit­téra­ture com­parée de l’Université de Mon­tréal por­tant sur les représen­ta­tions pho­tographiques de Bey­routh (1982–2011) et sur le rap­port entre pho­togra­phie et his­toire. Elle a été chercheuse invitée au LLA-CRÉATIS (2016) et a assuré la coor­di­na­tion sci­en­tifique du CRI­alt (Cen­tre des recherch­es inter­mé­di­ales sur les arts, les let­tres et les tech­niques) entre 2015 et 2018. Ses intérêts de recherche por­tent sur le ciné­ma et la pho­togra­phie au Maghreb et au Moyen-Ori­ent. Elle a été com­mis­saire de l’ex­po­si­tion pho­tographique Iran : poésies visuelles présen­tée dans le cadre des Ren­con­tres inter­na­tionales de la pho­togra­phie en Gaspésie (2019).

Auxiliaires de recherche

Étudiant-e‑s au doctorat

philippebedard

Philippe Bédard

Can­di­dat doc­tor­al en études ciné­matographiques à l’Université de Mon­tréal sous la direc­tion de Richard Bégin, Philippe Bédard se penche, pour son pro­jet de thèse, sur les rap­ports entre caméra, corps et espaces dans l’histoire des tech­niques de prise de vues au ciné­ma. Philippe tra­vaille égale­ment sur l’étude des caméras, la réal­ité virtuelle, la porta­bil­ité, la vidéo­danse et l’espace ciné­matographique. Il est mem­bre du comité doc­tor­al Tech­nès (sec­tion Mon­tréal), Respon­s­able du par­cours « Caméra d’action/Corps appareil­lé » de l’encyclopédie Tech­nès, et co-organ­isa­teur du col­loque « Immer­siv­ité et inno­va­tions tech­nologiques » (octo­bre 2020) avec Carl Ther­rien et Alan­na Thain.

roincauche

Robin Cauche

Mon­teur vidéo de for­ma­tion, Robin Cauche a d’abord tra­vail­lé comme respon­s­able de post­pro­duc­tion d’une chaîne de télévi­sion musi­cale. Ses recherch­es por­tent sur l’histoire et l’esthétique des chan­sons illus­trées. Il a étudié en par­ti­c­uli­er les Sco­pi­tones, puis les lyric videos. Pro­fesseur cer­ti­fié de let­tres mod­ernes, il est égale­ment chargé de cours en let­tres et en études ciné­matographiques. Depuis 2016, Robin Cauche est doc­tor­ant en Études ciné­matographiques et audio­vi­suelles sous la cotutelle de Mar­tin Barnier (Uni­ver­sité Lumière Lyon 2) et d’André Gau­dreault (Uni­ver­sité de Mon­tréal). Sa thèse porte sur les « chan­sons lumineuses écrites », formes audio­vi­suelles affichant à l’écran les paroles des chan­sons qu’elles illus­trent, des lanternes mag­iques à YouTube (XIXe – XXIe). « Chercheur asso­cié à la Ciné­math­èque Française » (2016–2017), il a reçu en 2018 le prix de l’Essai Étu­di­ant de l’association DOMITOR pour ses recherch­es sur les crises de l’industrie des illus­trat­ed songs aux États-Unis en 1907–1908.

charlottedronier

Charlotte Dronier

Doc­tor­ante à l’U­ni­ver­sité de Mon­tréal depuis jan­vi­er 2016, Char­lotte Dronier est égale­ment coor­di­na­trice sci­en­tifique adjointe pour les pro­jets inter­sec­to­riels du Lab­o­ra­toire CinéMé­dias et mem­bre de l’équipe d’éditorialisation de l’Encyclopédie en ligne du parte­nar­i­at inter­na­tion­al TECHNÈS. Elle a par­al­lèle­ment enseigné « Courants du ciné­ma con­tem­po­rain » à titre de chargée de cours au départe­ment d’histoire de l’art et d’études ciné­matographiques. Sa thèse, financée par le FRQSC et sous la codi­rec­tion d’An­dré Gau­dreault et de Richard Bégin, inter­roge l’aura et les effets de présence d’un corps dansant sur les écrans à l’ère numérique. Son sec­ond champ d’intérêt porte sur le paysage au ciné­ma et com­ment ce dernier abor­de les enjeux écologiques.

erwangeffroy

Erwan Geffroy

Respon­s­able des études et de la recherche pour le site de Brest de l’École européenne supérieure d’art de Bre­tagne (EESAB) en France, Erwan Gef­froy est doc­tor­ant en cotutelle entre l’Université de Mon­tréal (Fac­ulté des Arts et des Sci­ences, départe­ment de lit­téra­tures et de langues du monde, sous la direc­tion de Jean-Marc Lar­rue) et l’Université Rennes 2 (École doc­tor­ale Arts, let­tres, langues, unité de recherche His­toire et cri­tique des arts, sous la direc­tion de Pierre-Hen­ry Frangne). Sa thèse porte sur l’entreprise IKEA qu’il analyse à par­tir du con­cept d’œuvre d’art totale. Il est enfin graphiste et aux­il­i­aire de recherche pour le Lab­o­ra­toire CinéMédias.

louisphilippehamel

Louis-Philippe Hamel

Doc­tor­ant depuis 2018 au départe­ment d’études ciné­matographiques de l’Université de Mon­tréal, Louis-Philippe Hamel pré­pare une thèse sur la spé­ci­ficité styl­is­tique de la sci­ence-fic­tion à l’ère de la nor­mal­i­sa­tion des effets visuels numériques. Il est sous la direc­tion de Richard Bégin, qui avait aus­si dirigé son mémoire de maîtrise trai­tant de l’influence du con­cept du « cool » sur le genre du film de crime dans les années qua­tre-vingt-dix. Ses recherch­es actuelles por­tent donc sur le ciné­ma numérique, les effets visuels (et spé­ci­aux) et la science-fiction—et sur leurs enjeux périphériques, qu’il explore notam­ment au sein de présen­ta­tions comme celle sur la recon­nais­sance et l’organisation du tra­vail dans le domaine des effets visuels qu’il a pu offrir en 2019 dans le cadre du col­loque TECHNÈS « Gestes sin­guliers, gestes col­lec­tifs : his­toire et ciné­ma en pratiques ».

frederiquekhazoom

Frédérique Khazoom

Frédérique Kha­zoom a com­plété sa maîtrise à l’Université de Mon­tréal dans le cadre du pro­gramme « Inter­na­tion­al Mas­ter of Audio­vi­su­al and Cin­e­ma Stud­ies », ce qui l’a mené à fréquenter des étab­lisse­ments renom­més en Europe, tels l’Université Sor­bonne Nou­velle Paris III (France) et l’Universiteit van Ams­ter­dam (Pays-Bas). Elle s’intéresse à la manière dont les dif­férentes sphères du paysage télévi­suel con­tem­po­rain s’adaptent aux change­ments provo­qués par la con­ver­gence entre Inter­net et la télévi­sion. Dans son pro­jet doc­tor­al, elle tente de com­pren­dre com­ment les pos­si­bil­ités de la plate­forme en ligne Net­flix affectent la façon dont celle-ci s’adresse aux téléspec­ta­teurs et la manière dont ces derniers expéri­mentent la télévi­sion en tant que mem­bres d’un pub­lic désor­mais mon­di­al. Elle col­la­bore égale­ment avec le Labo Télé (Uni­ver­sité de Mon­tréal) dirigé par Mar­ta Boni depuis 2018.

simonlaperriere

Simon Laperrière

Simon Laper­rière est doc­tor­ant en études ciné­matographiques sous la direc­tion de Richard Bégin. Ses recherch­es actuelles por­tent sur les fan théories, la cul­ture pop­u­laire et la sur­in­ter­pré­ta­tion. Il a codirigé avec Eric Falardeau le col­lec­tif Bleu nuit : His­toire d’une cinéphilie noc­turne (Somme toute, 2014). En 2018, il pub­lie Series of Dreams : Bob Dylan et le ciné­ma aux Édi­tions Rouge Pro­fond. Col­lab­o­ra­teur du pro­jet audio­vi­suel Zoom Out, il a signé divers arti­cles pour Hors champ, Spi­rale et 24 images et par­ticipe régulière­ment à l’émission Plus on est fous, plus on lit (Ici Pre­mière). Avec Simon Lacroix, il codirige la série de pro­jec­tions excen­triques Les nuits de la 4e dimen­sion au Ciné­ma du Parc.

alicemichaudlapointe

Alice Michaud-Lapointe

Alice Michaud-Lapointe est can­di­date au doc­tor­at au départe­ment d’études ciné­matographiques de l’Université de Mon­tréal et chargée de cours. Sa thèse porte sur les liens qui unis­sent la cinéphilie aux con­cepts de han­tise et de mémoire dans le ciné­ma con­tem­po­rain. Elle fait par­tie du comité de rédac­tion du mag­a­zine cul­turel Spi­rale, dans lequel elle a co-dirigé un dossier (« Le temps du rétro ») avec André Habib. Out­re ses textes cri­tiques parus chez Spi­rale, elle a pub­lié dans les revues Lib­erté, Études Français­es, Found Footage Mag­a­zine, Nou­velles Vues et les plate­formes Mise au point et Hors Champ. Elle est égale­ment autrice aux édi­tions Héliotrope, où elle a pub­lié un recueil de nou­velles (Titre de trans­port, 2014), un roman (Vil­lé­gia­ture, 2016) et un réc­it de voy­age (Néons et sakuras, 2018). Elle est aux­il­i­aire de recherche au GRAFIM depuis 2019.

katiamorales

Katia Andrea Morales Gaitan

Katia Andrea Morales Gai­tan est doc­tor­ante en études ciné­matographiques et médi­a­tiques et assis­tante à la coor­di­na­tion du Pro­gramme de recherche sur l’archéologie et la généalo­gie du montage/editing (PRAGM/e). Elle a obtenu un Mas­ter en ciné­ma doc­u­men­taire avec men­tion hon­or­able à l’Université Nationale Autonome du Mex­ique (UNAM), qui lui a décerné la Médaille Alfon­so Caso en 2018. Dans le cadre de son Mas­ter, Katia a effec­tué un séjour de recherche à la fac­ulté d’ingénierie de l’Universidad del Desar­rol­lo, à San­ti­a­go, Chili. Elle a obtenu une licence en soci­olo­gie de l’Université autonome d’État du Mex­ique (UAE­Mex) et a réal­isé un échange académique avec l’Université Lyon Lumière 2, France. Elle a dirigé la recherche « L’état des publics du cir­cuit cul­turel de Mex­i­co » à la demande de ProcineDF. Katia a enseigné la pro­duc­tion et l’histoire du ciné­ma doc­u­men­taire et col­laboré avec plusieurs insti­tu­tions telles que la Cinete­ca Nacional, l’UNAM et l’Universidad Iberoamer­i­cana. En 2014, elle a tra­vail­lé comme coor­don­na­trice pour Filmin­Lati­no, plate­forme de VOD d’IMCINE. Mem­bre de l’équipe de coor­di­na­tion pour la con­férence Latin Side of the Doc 2013, elle a con­tribué au développe­ment de la com­mu­nauté Ouishare en plus d’animer des ate­liers pour la Banque inter­améri­caine de développe­ment (BID).

Étudiant-e‑s à la maitrise

mathildecurtaud

Mathilde Curtaud

Diplômée en 2017 du bac­calau­réat en Let­tres et sci­ences humaines, en 2018 du diplôme d’études supérieures spé­cial­isées (DESS) en Édi­tion numérique, Mathilde est actuelle­ment étu­di­ante à la maîtrise en Lit­téra­ture Com­parée, sous la tutelle de Ter­ry Cochran. Ayant effec­tué tout son cur­sus uni­ver­si­taire à l’Université de Mon­tréal, elle a pu tra­vailler dans plusieurs cen­tres de recherche, dont la Chaire de recherche du Cana­da sur les écri­t­ures numériques, et depuis mai 2019, au lab­o­ra­toire CinéMé­dias dans le cadre du parte­nar­i­at TECHNÈS.

M-È Hamel

Marie-Ève Hamel

Marie-Ève Hamel tra­vaille au Lab­o­ra­toire CinéMé­dias depuis 2016 et œuvre en tant qu’adjointe à la direc­tion et à la coor­di­na­tion de la recherche depuis 2020. Dans le cadre de ses fonc­tions, elle assiste le tit­u­laire de la Chaire dans l’organisation de ses dif­férents pro­jets de recherche et travaux, tout en par­tic­i­pant active­ment aux autres activ­ités du Lab­o­ra­toire CinéMé­dias. Elle est notam­ment respon­s­able de la bib­lio­thèque du lab­o­ra­toire et gère les dossiers des étu­di­ants étrangers. En voie d’obtenir sa maîtrise en ciné­ma à l’Université de Mon­tréal, au chem­ine­ment inter­na­tion­al, elle a com­plété un séjour d’études en Europe à l’Université Sor­bonne Nou­velle – Paris 3, ain­si qu’à la Uni­ver­si­tat Pom­peu Fab­ra de Barcelone. Dans le cadre de ses recherch­es, elle s’intéresse à la récep­tion au ciné­ma et dans les nou­veaux médias, avec l’apport du cog­ni­tivisme et des neu­ro­sciences. Son mémoire traite du mono­logue intérieur du spec­ta­teur qui se pro­duit en con­texte d’audiovisionnement.

nyassamunyonge

Nyassa Munyonge

Nyas­sa Mun­y­onge ter­mine son bac­calau­réat en écri­t­ure de scé­nario et créa­tion lit­téraire à l’Université de Mon­tréal en 2020. Elle com­mence la même année une maitrise en études ciné­matographiques sur la nar­ra­tiv­ité du son hors-champ sous la direc­tion d’André Gau­dreault. Ses champs d’intérêts se con­cen­trent prin­ci­pale­ment sur la pra­tique du ciné­ma : la scé­nar­i­sa­tion, la con­cep­tu­al­i­sa­tion et la réalisation.

Photo_Marwan_Saad

Marwan Saad

Après avoir com­plété un bac­calau­réat en His­toire, une majeure en études ciné­matographiques et une mineure en sci­ences de la com­mu­ni­ca­tion, Mar­wan entame en 2020 sa maîtrise avec André Gau­dreault sur les plate­formes de dif­fu­sion en con­tinu et leurs impacts sur les salles de ciné­ma. Ses champs d’intérêts se con­cen­trent sur l’histoire du ciné­ma, le développe­ment des tech­nolo­gies et le numérique au cinéma.

Étudiant-e‑s au baccalauréat

aliceguilbert

Alice Guilbert

À mi-chemin entre le Cana­da et la France, Alice étudie l’histoire de l’art et l’archéologie à Paris dans l’Université Pan­théon-Sor­bonne avant de revenir à Mon­tréal pour entamer un bac­calau­réat en ciné­ma à l’Université de Mon­tréal. Elle intè­gre le lab­o­ra­toire CinéMé­dias en 2019 en tant qu’auxiliaire de recherche.