Un article de Caroline Martin dans la revue Vision

Un article de Caroline Martin dans la revue Vision

Enseigner le cinéma expérimental et l’art vidéo aux jeunes. Deux exemples inspirants

« Il y a presque 10 ans, j’enseignais pour la pre­mière fois le ciné­ma expéri­men­tal et l’art vidéo à l’Université de Mon­tréal. Craig­nant le dés­in­térêt, voire l’ennui de mes groupes pour ce genre ciné­matographique en apparence « dif­fi­cile », j’ai d’emblée décidé de pro­pos­er à mes étu­di­ants d’envisager ces pro­duc­tions mar­ginales pour ce qu’elles sont : des œuvres d’art con­tem­po­raines. Comme en témoigne l’histoire; des rotore­liefs filmés de Mar­cel Duchamp (Anémic Ciné­ma1, 1926), en pas­sant par les Screen Tests2 de Warhol (1964–1966), jusqu’aux pro­jec­tions per­cu­tantes de Shirin Neshat (Tur­bu­lent3, 1998), le ciné­ma expéri­men­tal et l’art vidéo ne sont pas des pro­duits de grands stu­dios, mais bien d’ateliers d’artistes. Dans cette per­spec­tive, mon approche péd­a­gogique a favorisé la prise de con­science des sen­sa­tions provo­quées par les images et le son plutôt que la recherche de sens. La démarche de l’artiste et ses expéri­men­ta­tions tech­niques ont occupé autant de réflex­ion dans nos dis­cus­sions que le pro­duit final. L’absence de réc­it n’a plus été syn­onyme de déroute, mais une explo­ration formelle du mou­ve­ment et de la lumière. Libérés de l’impossible ques­tion « Qu’est-ce que ça veut dire ? », nous avons pu nous inter­roger sur le com­ment et le pourquoi et surtout sur notre récep­tion sub­jec­tive de ces films. »